Note sur le concept d’autochtonie

Stéphane Thibault >_

J’ai évoqué l’importance, lors du premier cours, de nous assurer que nous parlions bien le même langage, le langage conceptuel constituant une part importante du « coffre à outils » du religiologue.

Au cours de la semaine, j’ai reçu un courriel qui m’incite aujourd’hui à préciser ce que j’entendais par les théories sur l’autochtonie de certains peuples que nous aborderons en cours de session, notamment les Étrusques, les Lapons, voire les Finlandais.

Le terme « autochtone » est ici à entendre en son sens premier, c’est-à-dire : « Originaire du pays qu’il habite » (Larousse). Vous devez donc prendre garde de ne pas confondre les peuples dits autochtones et les autochtones d’Amérique, les Amérindiens.

Dans le cadre du cours, il nous arrivera d’évoquer les « peuples de la terre » ou peut-être les divinités « chtoniennes ». Étymologiquement, « chton » renvoie au concept grec χθών [khthôn], qui signifie simplement la terre, le sol, et par extension le pays (voir Bailly).