Articles posted on

Stéphane Thibault >_

Le risque réel, dans cette quête de la patrie des Indo-Européens, c’est que toute notre argumentation ne soit fondée que sur une circularité. […] [L]e Pr Gimbutas parlait de « l’hypothétique culture mère des Indo-Européens, telle qu’on a pu la reconstruire au moyen des mots communs ». Childe, dans Les Migrations préhistoriques, partait de là. Il ne faudrait point oublier à quel point les spécialistes de la paléontologie linguistique s’en remettent aux archéologues pour parvenir à leurs propres conclusions.
[…]
La linguistique historique s’appuie peut-être à juste titre sur l’archéologie mais que, simultanément, l’interprétation archéologique se déduise de l’analyse linguistique donne sérieusement à penser. Chaque discipline suppose que les conclusions de l’autre reposent sur des preuves indépendantes et fiables. En réalité, l’une commence où l’autre finit, et elles s’étayent mutuellement pour faire avancer leurs thèses respectives.

Renfrew, Colin (1994 [1987]). L’énigme indo-européenne. Archéologie et langage, trad. Michèle Miech-Chatenay, Manchecourt (France), Champs – Flammarion, p. 30-31.

Stéphane Thibault >_

Au cours de leurs pérégrinations vers l’Orient et l’Occident, les Aryens implantent leur propre conception de l’univers, un ensemble de représentations qui englobent leurs structures sociales, religieuses et mythiques, et dont le fond commun explique l’étonnante similitude entre les mythologies grecque et indienne. Pour les Aryens entrés en Inde aux environs de 1750 av. J.-C., le devoir de tout individu était de préserver l’harmonie de l’ordre cosmique (ṛta). Le seul moyen de maintenir les structures familiales, sociales et cosmologiques était le rituel. Ces actes magiques avaient le pouvoir de soumettre les forces de l’univers et les différentes divinités. La société indienne dans son ensemble se devait d’accomplir ces rituels pour maintenir l’harmonie de l’univers.

Boisvert, Mathieu (1997). « Le bouddhisme », dans Mathieu Boisvert (dir.), Un monde de religions, tome 1, Les traditions de l’Inde, Sainte-Foy (Québec), PUQ, p. 55.