Archives for the tag “ 1987 ”

Stéphane Thibault >_

Sorti des confins de ma mémoire, je me suis pris à fredonner « un chanteur canadien dans un groupe canadien, un chanteur canadien qui fait pop pop pop ». Ahh Bündock quand tu me tiens…

Voici donc pour les nostalgiques les clips American Singer de Bündock et la reprise de Rock et Belles Oreilles dans Vidéo Classique vol. 3 (1987), qui comprend de plus les reprises de Suzanne Vega (Luka, repris en Mon nom c’est Linda), Peter Gabriel (Big Time, repris en Gros Tas par Gérard Vermette), Michael Jackson (Bad, Moumoune), Madonna (Who’s that Girl, Ferme ta gueule), sans oublier Europe (The Final Countdown, Une boîte de condoms) et un petit bonus dans le générique, le début de Live is Life de Opus version René Simard (La vie chante).

Comme disait l’autre, enjoy !

Bündock (1986). « American Singer », Alert Records.

RBO (1987). « Vidéo Classique vol. 3 », Spectel Vidéo Inc., Télévision Quatre Saisons.

Stéphane Thibault >_

The Celts. Rich Traditions and Ancient Myths

Source : Barnes & Noble

For 800 years, a proud, vibrant, richly imaginative warrior people swept ruthlessly across Europe. The ancient Greeks called them “ Keltoi ” and honored them as one of the great barbarian races. Follow their fascinating story from their earliest roots 2500 years ago through the flowering of their unique culture and their enduring heritage today, enhanced with stunning reconstructions of iron-age villages, dramatizations of major historical events and visits to modern Celtic lands. This fascinating look back at the legends and legacy of the Celtic heritage is underscored by the hauntingly beautiful music of Enya.

[…]

Episode One
The Man with the Golden Shoes

Writer and narrator Frank Delaney takes us from the earliest remains of Celtic salt-miners in Austria, 2500 years ago, through the spread of their empire from Ireland to Hungary. Although the Celts were courageous, ruthless warriors armed with iron and mounted on horseback, their proud independence kept them from uniting against the disciplined military might of Rome.

BBC (2003 [1987]). The Celts. Rich Traditions and Ancient Myths, narration de Frank Delaney, DVD vidéo, deux disques, couleur, BBC Video, approx. 325 min.

Stéphane Thibault >_

Les langues celtiques semblent avoir été parlées dans toute la région située au nord des Alpes, de l’Europe centrale jusqu’à l’Atlantique. Le cas des Alpes est plus complexe, bien qu’il soit certain que l’Italie du Nord ait été de langue celtique. La zone orientale de ces langues est également assez difficile à définir. Au nord, en Scandinavie, on dispose de très peu de preuves, mais c’est là qu’apparaîtront plus tard les langues germaniques. La distinction entre Gaulois et Germains aurait été mentionnée pour la première fois par les géographes antiques vers 70 avant J.-C., mais elle existait sans doute déjà auparavant [notre emphase].

Renfrew, Colin (1990 [1987]). L’énigme indo-européenne. Archéologie et langage, trad. de l’anglais par Michèle Miech-Chatenay, Paris, Champs-Flammarion, p. 266.

Stéphane Thibault >_

Or, bien entendu, avec l’aide d’un dieu il nous est encore permis à nous, au cas où, d’aventure, il y aurait quelque chose de défectueux dans nos relations antérieures, d’y apporter des correctifs en actes et en paroles. En ce qui concerne la philosophie, je l’affirme en effet, l’opinion vraie que nous en aurons et le discours qui s’y rapportera seront meilleurs si nous avons une conduite convenable. Mais, si notre conduite est honteuse, ce sera le contraire. Or, nous ne pourrions certes rien faire de plus saint que de nous en préoccuper, ni de plus impie que de nous en désintéresser.

Platon, Lettre II, 311d-e

Platon (1997 [1987]). Lettres, trad., intro. et notes par Luc Brisson, Paris, Flammarion, coll. « GF-Flammarion », n° 466, p. 87.

Stéphane Thibault >_

Le risque réel, dans cette quête de la patrie des Indo-Européens, c’est que toute notre argumentation ne soit fondée que sur une circularité. […] [L]e Pr Gimbutas parlait de « l’hypothétique culture mère des Indo-Européens, telle qu’on a pu la reconstruire au moyen des mots communs ». Childe, dans Les Migrations préhistoriques, partait de là. Il ne faudrait point oublier à quel point les spécialistes de la paléontologie linguistique s’en remettent aux archéologues pour parvenir à leurs propres conclusions.
[…]
La linguistique historique s’appuie peut-être à juste titre sur l’archéologie mais que, simultanément, l’interprétation archéologique se déduise de l’analyse linguistique donne sérieusement à penser. Chaque discipline suppose que les conclusions de l’autre reposent sur des preuves indépendantes et fiables. En réalité, l’une commence où l’autre finit, et elles s’étayent mutuellement pour faire avancer leurs thèses respectives.

Renfrew, Colin (1994 [1987]). L’énigme indo-européenne. Archéologie et langage, trad. Michèle Miech-Chatenay, Manchecourt (France), Champs – Flammarion, p. 30-31.