Archives for the tag “ Politics ”

Stéphane Thibault >_

sthibault bookmarked a link:

One of the major unanswered questions about Bill C-30, the lawful access/online surveillance bill, is who will pay for the costs associated with responding to law enforcement demands for subscriber information (“look ups”) and installation of surveillance equipment (“hook ups”). Christopher Parsons has an excellent post that takes a shot at estimating some of the costs. I recently obtained documents from Public Safety under the Access to Information Act that indicates that the government doesn’t really have its own answer. As of December 2011, the issue was still the subject of internal debate with Public Safety working with the RCMP and CSIS to develop a fee schedule for the costs.

The document is particularly interesting because it places the spotlight on how the Canadian Association of Chiefs of Police (CACP) would like to handle the issue. In 2009, the CACP proposed several possibilities, including the creation of new public safety tax that would appear on monthly customer bills.

Stéphane Thibault >_

sthibault bookmarked a link:

Le député libéral Justin Trudeau s’est mis les pieds dans les plats en déclarant que si le Canada continuait d’évoluer vers la droite sous la gouverne des conservateurs de Stephen Harper, «peut-être que je songerais à vouloir faire du Québec un pays». Cette déclaration lui a valu de vives critiques au Canada anglais et les railleries des députés des autres partis. Mardi, M. Trudeau a réaffirmé avec émotion son amour pour le Canada. Il a ajouté que, selon lui, le Canada «devient mesquin, petit d’esprit, fermé, anti-intellectuel, qui prône la division. Excusez, mais je ne reconnais pas ce pays.»

Stéphane Thibault >_

sthibault bookmarked a link:

The “Vigilante” Provision

Another dangerous provision in PIPA and SOPA that hasn’t received a lot of attention is the “vigilante” provision, which would grant broad immunity to all service providers if they overblock innocent users or block sites voluntarily with no judicial oversight at all. The standard for immunity is incredibly low and the potential for abuse is off the charts. Intermediaries only need to act “in good faith” and base their decision “on credible evidence” to receive immunity.

Stéphane Thibault >_

Feuille de route pour les internationales de 2040

LAVAL, – En ce premier mai 2010, Fête internationale des travailleurs, je, Stéphane Thibault, aimerais partager avec vous un rêve. Ce rêve, c’est le rêve d’une vie. Ce rêve, c’est mon « rêve québécois », qui, je l’espère, saura un jour détrôner le American Dream sur la scène internationale.

Après plus de vingt années d’efforts soutenus dans la mise en place des conditions de possibilité ce projet, c’est donc avec beaucoup de fierté que je vous annonce aujourd’hui le dépôt de ma candidature pour le poste de Tribun du peuple.

À cet effet, j’amorce aujourd’hui une campagne de 30 ans qui culminera lors de la Fête internationale des travailleurs de 2040 où nous, citoyens du monde, tiendrons une élection démocratique auprès de tous les peuples de la Terre, afin de nous doter d’un réel gouvernement international redevable devant nous tous.

Afin de réaliser ce rêve pour le moins utopique, voici le plan d’action que je vous propose en trois simples étapes.

Étape 1 : MRC Pierre-De Saurel

Nom de code : Opération achigan à petite bouche

J’entend ainsi mener une grande consultation populaire dans la région de Sorel-Tracy afin d’élaborer une stratégie de valorisation des régions en contexte de mondialisation.

Je sillonnerai boulevards, avenues, rues, rangs et sentiers à la recherche de l’identité soreloise, afin de la clamer haut et fort dans le concert des nations.

Étape 2 : ROW (Rest of the World)

Nom de code : Opération poignée de porte

Si M. le maire Dauplaise veut bien m’accorder cet honneur, j’aimerais commencer mon propre trousseau de clefs de villes.

Une clef à la fois, j’entend solliciter l’appui de nos concitoyens du Village Global pour battre le record Guinness du plus gros trousseau de clefs de villes au monde.

Chers maires du monde entier, préparez-moi un double, je m’en viens.

Étape 3 : 2040

Nom de code : Opération pinson dans le buisson

C’est enfin avec la force de l’acier de Sorel que j’entend lutter contre vents et marées pour mener ce projet à terme. Ce grand rendez-vous des citoyens du monde, c’est au Québec que ça commence, un clic à la fois.

Comme disait l’autre, merci, salut la visite.

</communiqué>


Voir aussi 

Stéphane Thibault >_

Pour ceux d’entre vous qui n’auriez toujours pas entendu parler de l’ACTA, le Anti-Counterfeiting Trade Agreement ou Accord commercial anti-contrefaçon, peut-être que le plaidoyer de Jim le négociateur d’ACTA saura piquer votre curiosité…


Save Jim
envoyé par SaveJim. – L'info video en direct.

Pour de plus amples informations sur l’ATCA, vous pouvez également consulter mes signets ACTA sur Delicious.

Je profite également de cette opportunité pour remercier le professeur Michael Geist pour son travail sur ce dossier.

Stéphane Thibault >_

Caesar, a political propagandist, not a trained ethnographer, uses three terms to refer to tribal groupings, namely “ Celts ”, also called “ Gauls ” in Latin, “ Germans ”, and “ Belgae ”, and any discussion of ethnicity involves us in trying to understand these terms. Caesar in the very first chapter of his work defines the German specifically as those “ who dwell across the Rhine ”, that is, east of the river, and seems to be trying to suggest as a result that the Rhine is a natural boundary. He also emphasizes the difference between the Celts and Germans, and insists upon the terror which the Germans inspire, “ by the huge size of their bodies, by their incredible courage and skill in arms ”. He argues, as it suits his political purpose, that if the Germans who had already invaded Gaul before he himself got there had not been checked and driven back across the Rhine where he claims they belonged, they might have overrun all Gaul and threatened Italy, “ as previously the Cimbri and Teutoni had done ”. The Cimbri and Teutoni had been turned back by Marius less than half a century before, so that there were Romans who could still remember the terror that they had inspired. It was a potential parallel.

[…]

Now if the cultural differences between Celts and Germans were as great as Caesar suggests, and if the Rhine indeed formed the ethnic frontier, we are entitled to expect corresponding differences in material culture to show up in the archaeological record, thus making the Rhine the archaeological frontier also. The fact is that they do not […]

[…]

The Belgae are either the key to the situation, or a confusing anomaly. […]

Wells, Colin (1996 [1995]). « Celts and Germans in the Rhineland », dans Miranda J. Green (dir.), The Celtic World, ch. 31, Routledge, Londres et New York, p. 606-607.

Stéphane Thibault >_

Un phénomène parallèle à la quête du droit d’asyle est l’utilisation de « l’histoire » (souvent mythologique) dans les négociations avec d’autres États. Il existait, bien sûr, une longue tradition de diplomatie mythologique, ainsi que la création de parenté fictive dans l’histoire grecque […]. Mais ce phénomène, qui connut un essor spectaculaire durant les siècles après Alexandre, n’en reste pas moins révélateur. Les histoires de dieux et de héros fournissaient le ciment idéologique qui unissait le monde grec. Cette forme de discours, sans être religieuse au sens strict, n’était pas non plus laïque à proprement parler.

Potter, David (2004). « La religion hellénistique », dans Andrew Erskine (dir.), Le Monde hellénistique, Espaces, sociétés, cultures 323-31 av. JC, ch. XXIV, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 524.

Stéphane Thibault >_

Vendredi dernier, j’ai reçu un courriel d’un ancien collègue (que je salue au passage) me signalant la présence d’un sondage sur le site de l’UQAM concernant le programme Éthique et culture religieuse (ÉCR). Dans le corps du message, la personne ayant lancé la chaîne écrivait alors : « Je crois que nous avons avantage à le faire circuler pour que les gens qui sont en faveur du programme puissent s’exprimer, car je soupçonne présentement qu’il circule surtout chez ceux qui sont contre […] ».

Je consulte donc rapidement le site en question, le site de nouvelles de l’UQAM, et je répond au sondage en me disant que je ferai circuler à mon tour l’information au cours du week-end. Eh bien deux jours plus tard, ledit sondage était bien sûr déjà clos…

11 janvier 2010

Êtes-vous en faveur du nouveau programme Éthique et culture religieuse offert aux élèves du primaire et du secondaire?

Non (84 %)
Oui (16 %)

Nombre de participants 1352

UQAM (2010). « Archives des sondages », en ligne, <http://www.nouvelles.uqam.ca/index.php?action=sondages>, consulté le 2009-10-17.

Il est toujours difficile de savoir quelles seront les suites d’un tel sondage, mais au cours de mes dix années d’implication étudiante auprès des instances de l’UQAM, j’ai appris que les personnes intéressées par les résultats de tels sondages, en apparence si anodins soient-ils, trouvent toujours le moyen d’en extraire le contenu hors de son contexte au moment opportun.

Je suis d’autant plus troublé que ceux d’entre vous qui me connaissez savez pertinemment que je suis sans conteste plus politisé que la moyenne des gens, que je siège sur le comité exécutif de la Société québécoise pour l’étude de la religion (SQÉR) depuis 2004, et que je suis chargé de cours (donc actif et présent…) cet hiver à l’UQAM. Malgré tout, il aura néanmoins fallu une chaîne de courriels transmise par l’intermédiaire d’un collègue que je n’ai pas vu depuis des années pour que l’information parvienne jusqu’à moi.

Peut-être ne suis-je plus représentatif aux yeux de l’UQAM de la « population générale » qu’elle désire sonder, ou peut-être aurais-je du aller au devant d’une information que plus d’un millier d’internautes avant moi auront su trouver… Peut-être n’est-ce qu’un sondage sans conséquence. Peut-être est-ce un indice probant qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour éduquer une population qui comprend mal les transformations sociales en cours, mais qui sait très bien où trouver les endroit où crier son mécontentement.

Peut-être que le technoreligiologue que je suis a fait un test rapide sur le nouveau sondage pour constater qu’il était très facile de voter à plus d’une reprise, ce qu’on ne vous dira probablement pas le jour où l’on décidera de citer les résultats de ce sondage hors contexte…