Archives for the tag “ UQAM ”

Stéphane Thibault >_

La Société québécoise pour l’étude de la religion (SQÉR) vous invite à venir participer à son assemblée générale des membres de 2010, où il sera notamment question de l’élection d’un nouveau comité exécutif et de l’avenir de la Société. L’assemblée se tiendra le

26 novembre 2010, de 15h00 à 17h00
Université de Montréal
Pavillon Marguerite D’Youville
2375 Chemin de la Côte Ste- Catherine, bureau 5031
Montréal, QC

Au plaisir de vous y voir en grand nombre.

Stéphane Thibault >_

Pour ceux et celles d’entre-vous qui n’étiez pas présents au cours jeudi dernier ou qui auraient mal compris la politique de remise des travaux dans le contexte de la grève étudiante, voici quelques précisions.

Je vous rappelle en premier lieu que la grève votée notamment par les étudiants de l’AFESH est précisément une grève étudiante. Ainsi, la politique officielle de l’UQAM en la matière stipule que : « [l]’Université est ouverte, malgré des levées de cours par certains de ses étudiantes et étudiants : l’ensemble des activités et des cours est maintenu. » (Lire le communiqué officiel).

Je serai donc en classe à l’heure habituelle ce soir, tel que demandé par mes fonctions. De même, puisque les activités et cours sont maintenus par l’UQAM, la date de remise du travail de session demeure inchangée. J’ai toutefois indiqué la semaine dernière qu’en raison de la grève, la pénalité pour un retard de remise du travail de session sera suspendue pour une semaine. La politique habituelle s’appliquera donc à partir de jeudi prochain, soit le 8 avril 2010.

En contrepartie, les étudiants qui remettront leur travail en retard comprennent qu’il ne me sera pas possible de garantir une remise des travaux corrigés pour le dernier cours. Ceux qui le désirent sont donc conviés à remettre leur travail accompagné d’une enveloppe de retour pré-affranchie qui leur sera réacheminée lors du dépôt des notes finales.

Pour ceux et celles qui auraient d’autres questions, je serai au café Van Houtte au coin de Ste-Catherine cet après-midi à partir d’environ 14h30.

Stéphane Thibault >_

Vendredi dernier, j’ai reçu un courriel d’un ancien collègue (que je salue au passage) me signalant la présence d’un sondage sur le site de l’UQAM concernant le programme Éthique et culture religieuse (ÉCR). Dans le corps du message, la personne ayant lancé la chaîne écrivait alors : « Je crois que nous avons avantage à le faire circuler pour que les gens qui sont en faveur du programme puissent s’exprimer, car je soupçonne présentement qu’il circule surtout chez ceux qui sont contre […] ».

Je consulte donc rapidement le site en question, le site de nouvelles de l’UQAM, et je répond au sondage en me disant que je ferai circuler à mon tour l’information au cours du week-end. Eh bien deux jours plus tard, ledit sondage était bien sûr déjà clos…

11 janvier 2010

Êtes-vous en faveur du nouveau programme Éthique et culture religieuse offert aux élèves du primaire et du secondaire?

Non (84 %)
Oui (16 %)

Nombre de participants 1352

UQAM (2010). « Archives des sondages », en ligne, <http://www.nouvelles.uqam.ca/index.php?action=sondages>, consulté le 2009-10-17.

Il est toujours difficile de savoir quelles seront les suites d’un tel sondage, mais au cours de mes dix années d’implication étudiante auprès des instances de l’UQAM, j’ai appris que les personnes intéressées par les résultats de tels sondages, en apparence si anodins soient-ils, trouvent toujours le moyen d’en extraire le contenu hors de son contexte au moment opportun.

Je suis d’autant plus troublé que ceux d’entre vous qui me connaissez savez pertinemment que je suis sans conteste plus politisé que la moyenne des gens, que je siège sur le comité exécutif de la Société québécoise pour l’étude de la religion (SQÉR) depuis 2004, et que je suis chargé de cours (donc actif et présent…) cet hiver à l’UQAM. Malgré tout, il aura néanmoins fallu une chaîne de courriels transmise par l’intermédiaire d’un collègue que je n’ai pas vu depuis des années pour que l’information parvienne jusqu’à moi.

Peut-être ne suis-je plus représentatif aux yeux de l’UQAM de la « population générale » qu’elle désire sonder, ou peut-être aurais-je du aller au devant d’une information que plus d’un millier d’internautes avant moi auront su trouver… Peut-être n’est-ce qu’un sondage sans conséquence. Peut-être est-ce un indice probant qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour éduquer une population qui comprend mal les transformations sociales en cours, mais qui sait très bien où trouver les endroit où crier son mécontentement.

Peut-être que le technoreligiologue que je suis a fait un test rapide sur le nouveau sondage pour constater qu’il était très facile de voter à plus d’une reprise, ce qu’on ne vous dira probablement pas le jour où l’on décidera de citer les résultats de ce sondage hors contexte…

Stéphane Thibault >_

Quelqu’un saurait-il me dire si vous avez vu la typologie de Suzanne Saïd dans le cours HIS4163 ? Une réponse par courriel ou en commentaire d’ici ce jeudi (21 janvier 2010) serait appréciée.

Saïd, Suzanne (1993). Approches de la mythologie grecque, Paris, Nathan, 128 p.

Stéphane Thibault >_

La tenue simultanée cet hiver des cours REL1174 sur les Religions de l’Occident ancien, dont j’ai la charge, et HIS4163 sur la Mythologie grecque et romaine, dispensé par le professeur Gaétan Thériault, s’avère plutôt problématique pour le bon déroulement de notre session. Comment, en effet, préparer un cours d’introduction qui demeure pertinent quand une partie du groupe abordera dans les détails, deux jours plus tôt, et ce pour l’ensemble des semaines consacrées au volet gréco-romain, des thèmes que nous ne pourrons traiter qu’en surface ?

Cette situation s’avère d’autant plus problématique que c’est précisément avec l’aide du professeur Thériault que j’ai développé la structure actuelle du cours REL1174 en prévision de la session d’hiver 2005. Vous aurez ainsi compris que c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai fait le pari d’une approche qui accorde tant d’importance à la construction scientifique du discours religieux des peuples soumis à notre étude, avec espoir que celle-ci s’avérera complémentaire tout en s’acquittant de la tâche qui lui est impartie.

Je n’en appréhende toutefois pas moins le déroulement des prochaines semaines où les risques de redondance seront particulièrement accrus entre les cours des deux départements. Je vais poursuivre ma réflexion sur la question et j’apprécierais beaucoup vos suggestions et commentaires afin de me permettre de vous offrir un cours duquel vous repartirez satisfaits en fin de session.